LE PARDON

Mis à jour : mai 4



« Si tu n’es pas rancunier, tu lui pardonneras ».

Combien de fois on a entendu cette phrase mais est-ce toujours facile de pardonner !


Le Pardon :

Le pardon consiste à ne pas tenir rigueur d'une faute, d'une offense, de cesser d'entretenir à l'égard de quelqu'un de la rancune, de l'hostilité et de ne pas garder des ressentis envers cette personne.


Comment réussir à pardonner, ce qui n'est pas toujours facile :

Prendre conscience du mal qu'on ressent :

- La prise de conscience :

La souffrance en silence, ressasser l’événement, d’autres personnes choisissent le déni.

Lorsqu’on souffre, on a parfois tendance à vouloir très vite oublier la souffrance en enfouissant la blessure. Mais elle continuera en réalité à nous faire mal de l’intérieur.

On a peur aussi de réaliser qu'on a de la colère ou de la haine envers la personne

On esquive parfois de prendre conscience de nos émotions.

On pardonne rapidement, très rapidement donc on pardonnent trop vite, en trouvant des excuses à l’autre, en oubliant ce qui se passe à l’intérieur au niveau émotionnel.

Mais s’il n’y a pas une écoute et une reconnaissance des différentes émotions (douleur, tristesse, colère, frustration), on ne guérira pas.

Car on ne pourra les affronter et les guérir.

Pardonner demande du courage

- Ne pas s'apitoyer sur soi :

Le pardon total n’est possible que si notre être intérieur a été guéri au niveau des émotions que l'on ressent Il faut réussir à ne pas jouer à la victime, de se lamenter sur soi-même d’une façon générale. Dans tout pardon, il y a un deuil à faire par rapport aux attentes que l’on avait vis-à-vis de quelqu’un, la confiance qu’on a perdue, l’amour qu’on n’a pas reçu.

Il faut faire un lâcher-prises de ces maux afin de réussir en faire son deuil

Les mots mis sur la blessure ont un pouvoir thérapeutique car nous avons en nous une capacité intérieure réparatrice. On peut se faire aider également avec des professionnels de la santé si cela est trop compliqué


Exprimer sa colère :

Il faut extérioriser sa douleur pour pouvoir la gérer, la guérir.

Il ne s’agit pas de parler à plein de personnes autour de soi pour dire du mal de l’autre, ou d’éclater à la figure de celui qui nous a fait mal.

On peut écrire dans un cahier ou parler à quelqu’un de confiance.

- Écrire permet de décharger sur le papier toute la violence qu’une blessure peut avoir causé en nous, sans que cette violence ait de conséquence néfaste. Seul le cahier saura ce qui est sorti de nous.

- Pour se confier à quelqu’un, il s’agit de trouver une personne assez mûre pour écouter nos doléances sans que cette personne en vienne à mépriser celui qui nous a fait du mal, ni qu’elle aille répandre partout la nouvelle. Parler à quelqu’un permet d’y voir clair en nous et d’identifier ce qui a été touché


Prendre du recul vis à vis de la situation :

On fait l'inventaire de ce qu'on a vécu ou subit On repense à l'événement qui a nous a déchiré et on prend du recul au fur et à mesure en évitant de se culpabiliser On commence à apprend à se détacher de l'autre et à faire le deuil d'un lien


Faire face à l'autre :

Est-ce qu’on se réconcilie avec la personne ou pas ? Cela n’est pas obligé

Si je me réconcilie avec la personne, la relation ne peut plus revenir comme avant par moment

Lorsqu’il y a eu une blessure entre deux personnes, le seul chemin positif est l’amélioration de la relation ou de l’amour entre ces deux personnes Mais un tel chemin commun d’amour n’est pas toujours possible.

Dans certaines situations, il est même préférable qu’il n’y ait pas de réconciliation, si la personne n’a pas changé par exemple, si elle continue à vous agresser, à vous faire du mal.

Pour pardonner :

Il faut commencer par accepter cet étape douloureux de son histoire ou de son vécu et vraiment sortir du rôle de la victime Trahison, mauvais coup d'un membre de la famille, abandon de l'être aimé..

Le véritable Pardon c'est quand :Il n'y a plus de rancune envers la personne qui nous a offensée et on reprend les rênes de notre vie, on ne subi plus et on passe à autre chose

Parfois le pardon rend plus fort Il ne faut pas forcer le pardon afin qu'il soit définitif

Si on arrive pas à pardonner:

La vengeance devient quelque chose de très naturel car on va réclamer la justice de façon continuelle «Tu m’as fait mal ; je vais te faire mal de la même façon».

Le danger de la vengeance, c’est la spirale de violence des mots ou des gestes qu’elle peut engendrer. La loi du talion : œil pour œil, dent pour dent. «Si tu me crèves un œil, je vais devoir te crever un œil».


On arrive pas à oublier les blessures : Il y a des personnes qui ne se vengent pas et développent en elles des ressentiments négatives. Elles se rappellent l’offense et la ressassent sans cesse, entretenant en elle une agressivité qui s’exprime dans leurs comportements quotidiens.

Certains peuvent entretenir une rancune pendant plusieurs années.

Si nous ne pardonnons pas et si nous restons dans le ressentiment, nous allons vivre un stress continuel. Cela peut être à l’origine d’hypertension


La déprime :

Beaucoup de dépressions viennent en réalité des blessures qui ont été enfouie

On oublie de vivre le présent , on est toujours tourné vers le passée, il n'y a plus de projets d’avenir.

En réalité, ce qui ne va pas, c’est que les blessure n’a pas été guérie : inconsciemment, la perception du monde passe toujours par la blessure qui n'a pas été guérie

Guérir et transformer les blessures c'est la condition pour se relever et sortir de la déprime



Conclusion :

Tant qu’on refuse de pardonner, on maintient volontairement un lien très fort avec la personne qui, selon nous, nous a fait du mal.

Pardonner ne signifie pas cautionner le geste que l’autre a commis

Pardonner, cela signifie que je m’aime assez pour me libérer des liens qui m’unissent à l’autre Cela signifie que dorénavant, ce qui s’est passé ne conditionnera plus mon présent pour m’empêcher d'être en accord avec moi-même et d’être dans le bonheur.


21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout